Boris Vian, L’écume des jours

Étrange, onirique, poétique, le monde de L’écume des jours ne s’inscrit dans aucun univers connu. Colin est un homme dont la richesse lui permet de ne pas avoir à travailler. Nicolas, son fier cuisinier, le gâte et l’enivre de toutes ses créations. Chick, lui, est un inconditionnel de Jean-Sol Partre, père de l’existentialisme, harangueur de foule, pourvoyeur de philosophie. Chloé, arrangée par Duke Ellington, est d’une beauté totale. Danseuse de biglemoi, elle rencontre Colin l’élégance lors d’une réception canine. Alise vient s’ajouter aux autres, jeune nièce de Nicolas, Jean-Sol Partrienne, courtisée et aimée de Chick.

D’abord, le paysage est beau. Le monde de Colin se nourrit de toutes les couleurs vives, semblables à des touches de pastels appliquées sur les vicissitudes de la vie. L’aventure de l’amour entre Colin et Chloé débute dans la tendresse. Dans leurs yeux, la beauté rayonne, toujours accompagnée d’un air de Duke Ellington. D’aucuns n’auraient pu croire que l’avenir pourtant, était bien loin de tout bonheur…

Mauve, safre, saumon et topaze ne sont que quelques couleurs de l’amour entre Chloé et Colin. Mais l’avenir s’assombrit lorsque Chloé tombe malade : elle loge au sein de sa poitrine un bien vil parasite. Commence alors une progressive agonie des cœurs, l’un comme l’autre tombent dans un puits sans lumière. Chick et Asile aussi se déchirent par leur passion pour Jean-Sol : elle la conduira jusqu’aux plus affreuses hostilités…

Lentement, le monde de Colin s’effrite. Les couleurs des pastels prennent l’eau et s’écaillent. L’écume et le marécage remplacent l’oxygène. Agonie. Le désespoir du cauchemar remplace le bonheur de l’amour. Que reste-il à cette vie lorsque tous les points de repères cessent d’exister ? Pour Colin, une lutte perpétuelle. Pour les autres, l’indicible…

Yeux rouges maculés de larmes qui tombent sur un sourire discret, L’écume des jours de Boris Vian laisse le lecteur avec des sentiments paradoxaux. Comme un conte que l’on raconte aux enfants, la vie de Colin émeut, révolte et ne laisse pas indifférent. L’écriture poétique sert l’imagination extravagante de Boris Vian : il joue avec les mots, les couleurs et les émotions.

Héros des poètes
Un soleil nu sous la pluie
Pianocktail de nuit

Note : 9 sur 10.

Contraintes d’écritures : E-D-M-L-Y, + haïku H-U-P

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s