Fabrice Caro, Le discours

Le monde, cet inconnu, permet à des milliards d’êtres humains de cohabiter de façon plus ou moins houleuse. Parmi eux, certains vivent sous le même toit, dans le même immeuble, dans la même ville, dans le même pays. D’autres choisissent de s’unir dans le même cœur pour habiter le même amour.

Toi lecteur, assis à la table d’un dîner de famille : tu as choisi l’union du toit. Comme Adrien. Enfin pas tout à fait, lui préfèrerait être avec Sonia. Mais elle a voulu faire une pause : une pause dans l’équilibre du monde ? Incompréhensible. Comment Adrien peut tourner sans Sonia ?

Ton histoire me rappelle la sienne. Assis face au transmetteur silencieux de l’amour de Sonia, ton téléphone. Face à toi, ta famille : ta sœur dont les sujets de conversation affleurent le vide, ta mère trop fière de toi pour tes cadeaux ratés d’enfance, ton père muet comme ton téléphone. Et ton futur beau-frère, qui a tout réussi. Lui, qui au détour d’une phrase, t’a glissé à l’oreille : fais un discours pour ta sœur le jour de son mariage, ça sera son plus beau cadeau.

Le silence de Sonia fait trop bruit. Le dîner s’éternise. Trop longtemps. Tu te rappelles de ta vie, de tes choix, de tes actes. Son silence te plonge dans les méandres des émotions, tout devient sensible. Chaque parole devient absconse, un labyrinthe tombé dans ta bouche. Acculé au bord de l’explosion, que vas-tu pouvoir faire ?

Note : 10 sur 10.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s