Pinus pinea

A mille lieux des toits
Par dessus les montagnes
Et les rases campagnes
Nous traversons les mois

Pour arriver sous les traces
De nos bois si fidèles
Nos pins en ombrelles 
Nous protègent de Mars

Leur beauté en éclats
Où sont nés les étrusques
Entre Bologne et Hadria 
Ils étendent leurs fresques. 

Haut perchés dans les nuages
Sont-ils figés par mon visage
Qui les contemple sans détours
Au gré des bourgs et des pourtours

Les douces formes me hantent
Lorsque je cligne des yeux
Les parasols orgueilleux
Plongent au creux des pentes

De son bleu superbe le ciel
Traverse les long rameaux
Les rameaux comme des lits
Où le Soleil rouge vermeil
S’allonge sans faire de pli

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s