La faucheuse

Il y avait le feu dans ses yeux bleus comme l’océan. Plus profond que la fosse des Marianne, son regard était insoutenable. Face à elle, plus rien n’avait de sens, la poussière n’était plus en suspension, la pesanteur était repoussante. Elle le savait. Quand elle cherchait l’humain, elle ne trouvait aucune âme qui vive. Les flammes brûlant en elle depuis ce matin étaient inextinguibles.

Son sang circulait comme un train lancé à pleine vitesse. Les substances psychoactives parsemaient ses globules rouges, envahissant la cathédrale de son cœur. Elle sentait ses bras s’engourdir. Ses pieds, jadis solidement fixés au sol, commençaient à se soulever, d’abord subrepticement, puis de manière prononcée.

Elle refusait la réalité. Comment diable avait-elle pu arriver dans cet engrenage ? La haine qui parcourait ses yeux, sortait de sa bouche sous un flot d’insultes et de menaces. Elle détestait les hommes qu’elle ne voyait plus, car après son première meurtre, elle était incapable de faire machine arrière.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s