Fougues de la jeunesse

Elle se balançait sur sa balancelle lorsque le soleil se leva. Une excellente journée s’annonçait sur la ville, et elle comptait bien en profiter pour désencombrer sa maison remplie de bric et de broc. Partisane de la communauté des lève-tôt, elle débutait ses journées de bonne heure, se balançant tous les jours dix minutes avant le lever du Soleil. Une fois ce dernier réveillé lui aussi, elle se fit son éternel café crème d’un goût unique et délicieux, puis décida de retourner à l’extérieur, sortant alors ses deux lourds et imposants sacs scellés remplis d’ordures odorantes, qu’elle mit dans sa voiture, tout en saluant ses voisins âgés émergeant à leur tour de leur profond sommeil. Ils la saluèrent en retour en souriant.

-Ah, qu’ils sont charmants ces petits vieux ! se dit-elle en retournant dans sa maison.

La suite de la matinée annonçait une tâche plus coriace. En effet, elle avait décidé de nettoyer son garage, une pièce lugubre qu’elle n’utilisait même pas pour y ranger son véhicule, il n’y avait plus de place. L’unique néon qui éclairait faiblement la pièce clignotait irrégulièrement. C’est dans cette atmosphère pesante et insonorisée qu’elle sortit une serpillère ainsi qu’un seau qu’elle remplit rapidement. La corvée était fastidieuse car les tâches d’hémoglobine collaient au carrelage gris. Elle avait l’impression de l’étaler au lieu de l’enlever, mais heureusement, l’habitude pris le relais et le temps passa rapidement. Deçà delà, elle parcourait la pièce, contournant l’unique chaise, déjà occupée, remuant frénétiquement le chiffon sanguinolent avant de le presser au-dessus de la bassine au liquide pourpre. Une fois le sol de nouveau propre, elle se retourna vers le fond de la pièce où se tenaient un sac rempli de tibias, puis un autre de minuscules pieds, puis un autre de petites mains ; tout un tas de sacs contenant des éléments plus ou moins nombreux, mais heureusement pour elle, les sacs ne fuitaient pas. En remontant de son garage, elle se dit qu’il lui restait encore du temps pour pouvoir prendre sa voiture et ainsi faire une petite promenade en forêt, seule, afin de profiter du temps clair…  


L’idée des miniatures est directement inspirée des micronouvelles publiées par « Écrits de femme » : https://petitesnouvelles.fr/

2 réflexions sur « Fougues de la jeunesse »

  1. Merci Brehv, c’est très réussi. peut-être manier davantage l’ellipse quitte à créer un peu plus de confusion. J’ai beaucoup aimé le contraste entre son état d’esprit joyeux et indifférent et les tâches sordides auxquelles elle doit s’occuper dans son garage. Forcément ça titille pas mal et on se pose des tas de questions ! Une chouette lecture !

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci beaucoup pour ce conseil ainsi que pour votre avis sur cet essai de micronouvelle ! Je vais essayer d’améliorer tout ça pour une prochaine Miniature 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s