Chorégraphie

La danse délicate de son corps hypnotisait les hommes qui la regardait. Habillée d’une simple robe rayée, elle tournoyait dans le vent dans un rythme parfaitement calqué sur la brise qui soufflait. Sa peau, blanchâtre, s’illuminait grâce au soleil et ses cheveux rougeoyaient sous la chaleur du désert. Et elle dansait toujours, sous le regard d’hommes, à l’ombre d’un vieux pin rouge aux branches fatiguées. Les hommes ne la quittaient pas des yeux. Certains avaient le regard coupable d’autre apeuré, mais ils avaient tous une fascination certaine pour cette danseuse infatigable qui se mouvait gracieusement malgré la chaleur étouffante. Chacun d’eux piétinait la terre sableuse sur laquelle ils restaient, pantois, devant cette femme dont le corps ne cessait de se balancer au rythme du vent qui soufflait de plus en plus faiblement. Au fur et à mesure que la brise se calmait, elle ralentissait sa danse, jusqu’à ce moment ou elle cessa de se mouvoir. Le vent ayant arrêté de souffler, il n’y avait plus aucun bruit, à part le sinistre grincement de la corde au bout de laquelle pendait la femme, les pieds dans le vide.

L’idée des miniatures est directement inspirée des micronouvelles publiées par « Ecrits de femme » : https://petitesnouvelles.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s