À 14 heures

14 heures : l’heure du départ
Je suis bloqué de part en part
Par de nombreux corps attendant
La sonnerie, qui lâchera
Les fauves à pleines dents

Nos armes sont prêtes mais je
Reste perplexe devant l’orage
Qui se prépare : sortez couvert
Car vous n’êtes pas à l’abri
De faire partie du calvaire

Les barricades se dressent
Pour contenir la foule immense
De badauds qui se pressent
De voir les performances
Des autres corps et du mien

Réunion de citoyens
Venus se mesurer aux autres
Comme eux, une perle de sueur
Est née sur mon front : il est l’heure
De devenir un Olympien

La sonnerie retentit
Pour lancer le marathon
Je suis parti à mon rythme
C’est une course de fond
La soif me guette quand j’arrive
Au premier ravitaillement
Puis dans une pente dégressive
Je passe en tête brillamment
Galopant inexpressif, mon corps
S’épuise, mais la médaille d’or
Épouse mon cou comme un soleil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s