À quais

Il est l’heure à quai où dorment les vents
Qui se lèvent avant les lueurs de l’aurore
Où les roues des trains ne parlent encore
Le langage grinçant de chaque roulement

Les premières vibrations se font au son
De la mécanique et des forêts de sapins


Que traversent les vapeurs de charbon
Portées par les courants du bleu matin

Les peaux frissonnent sur la mélodie
Du foyer fumant et du solide châssis
A grande vitesse l’espace se voûte

Dans les déserts et dans les campagnes
Des premiers plans, l’horizon s’éloigne
Pour rejoindre le soleil qui nous envoûte

2 réflexions sur « À quais »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s